vendredi 13 mars 2009

Ultra Vivid scene


Cette cassette était l'une des premiéres que j'ai acheté de rock indé. A l'époque j'avais à peine 18 ans et je lisais bien evidemment Les Inrocks. Je n'ai jamais su grand chose de ce groupe qui s'est éteint assez vite d'ailleurs. Mais le son dés que je l'écoute me raméne directement à mes 17ans, à ma chambre à Paris. Moi assise devant ma chaîne Technics et rêvant de beaux chanteurs, de folles histoires d'amours et d'aventures incroyables. Oui je l'avoue le rock indé a établi en moi un imaginaire assez fou, pas toujours autodestructeur d'ailleurs. Du coup il y a en a qui écoute de la musique classique pour se calmer, moi c'est du rock indépendant.
Je crois bien que les éxpériences sonores ou visuelles de notre adolescence nous poursuivent à tout jamais. L'énergie est telle à ce moment là que des bribes nous y parviennent encore trés longtemps aprés!

2 commentaires:

lunA.Lee a dit…

Hello Karine W.
Votre commentaire sur cet album d’Ultra Vivid Scene (en vinyle pour moi) et la magie fleurissante de l'indie pop me touche singulièrement.
Ces musiques ont fondé, en partie, ce que je suis aujourd'hui ; et elles continuent à me façonner / fasciner ; comme fantasmes, axes de projection, cocons, aires de partages, champs de défoulement, terres (air, eau, ciel …) de joies et mélancolie, forces d’élévation …
Pour revenir à UVS, c’était le projet d’un seul homme, américain, Kurt Ralske. Joy est le second des trois albums enregistrés sous ce nom. Je viens de découvrir que KR poursuit une prolifique activité comme artiste multimedia (installations et performances vidéo). Pour en savoir plus : http://retnull.com/
Voilà pour l’instant. Votre blog est doux et inspirant, mademoiselle.
Ludovic

98weeks a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.